Conférences de 2015

2015


[tabs titles= » Vendredi 30 janvier 2015, Samedi 31 janvier 2015 , Dimanche 1er février 2015  » ]

[tab]


À la poursuite de la morille de feu

Présenté par : Jean-François Bourdon, ing.f., Candidat à la maîtrise en sciences forestières

Résumé: La morille est un champignon très prisé en gastronomie pour son arôme très particulière. Elle est généralement retrouvée sur des sites perturbés tels des bords de chemin, des sablières, des gravières et des brûlis par exemple. Sa récolte est une activité bien ancrée dans les provinces et territoires de l’Ouest canadien (Yukon, Territoires du Nord-Ouest, Colombie-Britannique, Alberta) depuis de nombreuses années. Toutefois, exception faite de tentatives de récolte commerciale en 2006 et 2014, la cueillette de morilles de feu sur le territoire québécois n’a pas rencontré un grand succès. Depuis 2011, je poursuis la morille de feu au Québec avec un ami, Franck Tuot, afin d’en apprendre davantage sur ce champignon d’un potentiel économique non négligeable. La morille de feu est devenu mon sujet de mémoire en maîtrise en 2013. Récit de quatre étés d’aventures et d’hypothèses.

 


Sylviculture et travailleurs immigrants au Québec : Mariage de cœur ou de raison?

Présenté par : Louis-Pierre Beaudry

Résumé: L’embauche de travailleurs immigrants en sylviculture est un phénomène qui semble de plus en plus fréquent au Québec. Alors que certains entrepreneurs leur font appel pour combler des postes vacants, d’autres ont construit un modèle d’affaire en embauchant presqu’exclusivement des immigrants. Dans tous les cas, ces personnes forment, dans un contexte de difficulté de recrutement, un bassin de main-d’œuvre disponible et intéressant pour certaines entreprises sylvicoles. Cette relation ne va cependant pas de soi : historiquement, les personnes immigrantes étaient minoritaires ou absentes dans les camps forestiers québécois. Que se passe-t-il maintenant qui pourrait expliquer cette présence accrue? Dans quel contexte ces personnes intègrent-elles le secteur sylvicole et quelle expérience en tirent-elles? En tentant de répondre à ces questions, nous aborderons à la fois la question de la main-d’œuvre en foresterie et celle de la place des immigrants dans notre société.

 


Le développement socio-économique d’une communauté autochtone par la mise en valeur des savoirs traditionnels

Présenté par : Annabelle Moisan-De Serres

Résumé: L’utilisation des plantes par les Autochtones remonte à des temps immémoriaux, ces plantes leur servant à s’alimenter, se vêtir, se guérir, etc. De nos jours, toutefois, l’utilisation des plantes au quotidien est rare dans certaines communautés. Dans le but de renouer avec cet aspect de sa culture et de contribuer à son développement socio-économique, la Première Nation des Innus Essipit désire évaluer les possibilités de mise en valeur de ces plantes. Ma présentation portera sur ces différentes possibilités et sur les bénéfices qu’Essipit pourrait en tirer.

 


Sylviculture et régime de la futaie irrégulière

Présenté par : Philippe Bournival, ing.f., M.Sc. Chargé de projets, CERFO

Résumé: La diversité d’états de la forêt, la diversité socio-économique et la diversité des fonctions de la forêt nous ont portés à revoir notre façon de faire de la sylviculture. Les baisses de possibilité forestière découlant du rapport Coulombe nous ont incités à mieux tirer profit des superficies axées sur la production forestière en utilisant les interventions sylvicoles appropriées. Au nombre des nouveaux traitements sylvicoles identifiés dans le nouveau régime sylvicole 2013, on compte la coupe progressive irrégulière et ses variantes.

Le Centre d’enseignement et de recherche en foresterie (CERFO) a participé à la mise en œuvre opérationnelle des différentes variantes de la coupe progressive irrégulière et vous présente les résultats imagés de ces travaux. Cette présentation passe en revue les fondements de la sylviculture irrégulière, les patrons de récoltes et les méthodes de martelage utilisées pour la réussite de la coupe progressive irrégulière. La nécessité de former les ouvriers sylvicoles et les opérateurs de machine sera également soulignée.

 


La valeur du développement durable sur l’attractivité touristique. Le cas des parcs nationaux québécois.

Présenté par : Isabelle Falardeau

Résumé: Alors que certaines organisations et leurs gestionnaires utilisent le développement durable comme valeur ajoutée d’autres hésitent à le faire. De plus, on peut se demander si, aux yeux des touristes, le développement durable accroit l’attractivité des destinations et produits touristiques. J’ai interrogé des experts et des gestionnaires de la Sépaq afin d’identifier leur perception de la valeur accordée au développement durable. Les constats émergeant de leurs témoignages peuvent alimenter la réflexion et les décisions des acteurs impliqués.


Projection du film «Hommes-des-Bois Bûcherons de chantier»

Synopsis: Dans la mémoire et l’imaginaire, le bûcheron c’est la campagne et la forêt, le gars de bois qui ne fait qu’un avec la nature. L’homme fort, travailleur acharné, repousseur de frontières, descendant du coureur des bois, être fier et indépendant. Le bûcheron est un héros québécois; Le bûcheron était un héros québécois avant que la technique ne le repousse dans l’antre du folklorique. Dans ce documentaire, le bûcheron c’est le fils d’agriculteur qui une fois l’hiver venu s’engageait dans les chantiers parce que sa bouche ne se nourrirait pas à la maison et parce qu’il souhaitait découvrir le monde. C’est le travailleur exploité exploitant les forêts du Québec pour le compte des compagnies américaines. C’est aussi un homme simple qui vivait avec son époque, celle de l’éclaircie suivant la grande noirceur. Un homme qui a aimé son métier et qui nous le transmet avec passion et émotions; des histoires teintées de misère racontées avec le sourire de l’homme qui a bûché sa vie.

Visualisez la bande annonce du film

[/tab]

[tab]


LES TRÉSORS GOURMANDS DES FUTURES FORÊTS JARDINÉES DU QUÉBEC.

Présenté par : Yvan Perrault

Résumé: Voyez les fruits sauvages, les légumes forestiers, les noix nordiques, les tubercules, les extractibles, les racines, les rhizomes et les fleurs comestibles qui pourraient être amenés en multistrates de permaculture intensive dans nos forêts et participer à l’essor de la nouvelle gastronomie québécoise à titre d’aliments et d’ingrédients absolument originaux et savoureux!

À propos du conférencier: Yvan Perreault est le cofondateur avec son frère Alain, à Saint-Ambroise-de-Kildare dans Lanaudière, du Jardin des noix, une vaste ferme nucéricole destiné à produire dans un avenir rapproché (et si Dame Nature le veut bien) des noix nordiques par dizaines de tonnes chaque année. Avec de la chance, noix de noyer noir, de noyer cendré hybride, de noyer en coeur, dryopes de caryer ovale, noix de caryer lacinié, noisettes d’Amérique, pacanes du nord, coudres, glands de chêne blanc, bicolore, à gros fruits et châtaignes d’Amérique feront bientôt leur apparition dans les habitudes alimentaires des Lanaudois.

M. Perreault est aussi le vice-président de l’AFL (Association Forestière de Lanaudière), le secrétaire et un des fondateurs du CPNCQ (Club des Producteurs de Noix comestibles du Québec) et enfin, le président du CMLM (Cercle des Mycologues de Lanaudière et de la Mauricie). Il est aussi professeur en PFNL pour la formation en quatre modules de cueilleurs professionnels donnée par la SADC-Matawinie en collaboration avec l’AFL et la Commission scolaire des Samares.

 


Le calcul des possibilité forestière, une expertise au service de la population et des décideurs

Présenté par : Gérard Szaraz ing.f., M. Sc., M.A.P , Forestier en chef du Québec.

Résumé: La présentation du Forestier en chef, Gérard Szaraz, portera sur l’origine de la création de la fonction, son rôle stratégique dans la gestion forestière du Québec et les principaux mandats confiés à l’organisation dont le calcul des possibilités forestières. Comment déterminer le niveau maximum des récoltes annuelles que l’on peut prélever, sans diminuer la capacité productive du milieu forestier ? Comment tenir compte, dans cet exercice, des valeurs sociales, environnementales et économiques ? Quels sont les processus à respecter, les moyens et les outils technologiques utilisés ? Voilà autant de questions qui sont fréquemment adressées au Forestier en chef et à son équipe multidisciplinaire. Au cours de sa présentation, Gérard Szaraz démystifiera le calcul des possibilités forestières et son évolution des dernières années. Enfin, il présentera les grands défis qu’aura à relever l’organisation avec la prise en compte d’enjeux aussi complexes que les changements climatiques, le carbone forestier et les perturbations naturelles dans le calcul des possibilités forestières. Un fait demeure, le calcul des possibilités forestières demeure une expertise essentielle pour éclairer la population et les décideurs.

[/tab]

[tab]


Connaître nos oiseaux forestiers communs.

Présenté par : Norbert Lacroix, président du Club des ornithologues de Québec (COQ)

Résumé : Pour le public, il s’agira d’un tour d’horizon des oiseaux de nos forêts. Photos à l’appui projetées sur grand écran. Exposé partiellement interactif. Les oiseaux : de bons indicateurs de la qualité de nos milieux. Cette présentation est une contribution fournie à titre gracieux par le COQ.

 


LES NOUVEAUX CHAMPIGNONS SAUVAGES DES FUTURES FORÊTS JARDINÉES DU QUÉBEC

Présenté par : Yvan Perrault

Résumé: Bien au-delà des banals pleurotes, près d’une centaine d’espèces de champignons sauvages succulents et inédits pourraient être amenés en permaculture intensive dans nos forêts. Voici quelques dizaines de suggestions inattendues. Parmi elles, vous verrez qu’il n’y aura pas seulement des champignons saprophytes (décomposeurs de matière organique morte), mais aussi des espèces parasites et symbiotes…

À propos du conférencier: Yvan Perreault est le cofondateur avec son frère Alain, à Saint-Ambroise-de-Kildare dans Lanaudière, du Jardin des noix, une vaste ferme nucéricole destiné à produire dans un avenir rapproché (et si Dame Nature le veut bien) des noix nordiques par dizaines de tonnes chaque année. Avec de la chance, noix de noyer noir, de noyer cendré hybride, de noyer en coeur, dryopes de caryer ovale, noix de caryer lacinié, noisettes d’Amérique, pacanes du nord, coudres, glands de chêne blanc, bicolore, à gros fruits et châtaignes d’Amérique feront bientôt leur apparition dans les habitudes alimentaires des Lanaudois.

M. Perreault est aussi le vice-président de l’AFL (Association Forestière de Lanaudière), le secrétaire et un des fondateurs du CPNCQ (Club des Producteurs de Noix comestibles du Québec) et enfin, le président du CMLM (Cercle des Mycologues de Lanaudière et de la Mauricie). Il est aussi professeur en PFNL pour la formation en quatre modules de cueilleurs professionnels donnée par la SADC-Matawinie en collaboration avec l’AFL et la Commission scolaire des Samares.

 


Adapterre

Présenté par : Louis Lefebvre

Résumé: Adapterre est une entreprise de consultation agronomique et agroforestière, ainsi que de développement d’outils et de références grand public. Cette conférence a pour objectif de démontrer l’utilité et la rentabilité d’intégrer les aménagements agroforestiers dans nos campagnes et nos villes. Des exemples concrets seront présentés sur la possibilité d’aménager les territoires forestiers dans le but d’exploiter certains produits forestiers non ligneux.

[/tab] [/tabs]

[button url= »https://ssf.asso.ulaval.ca/salon-de-la-foret/conferences/conferences-precedentes/  » ] Retour page précédente[/button]