Conférences de 2016

[tabs titles= » Samedi 13 février 2016, Dimanche 14 février 2016″ ]

[tab]

Samedi 13 février 2016

10h00

Conférence de presse

à la scène FPInnovation


11h00

Connaître nos oiseaux communs autour de nous et dans nos forêts.

à la scène FPInnovation

Présenté par : Norbert Lacroix, président du Club des ornithologues de Québec (COQ).

Résumé : Pour le public, un tour d’horizon des oiseaux que nous observons régulièrement autour de nous et dans nos forêts. Photos à l’appui projetées sur grand écran. On entendra aussi les chants de plusieurs espèces. Les oiseaux : de bons indicateurs de la qualité de nos milieux. Cette présentation est une contribution fournie à titre gracieux par le COQ.

Brève présentation du conférencier : Norbert Lacroix est un professeur retraité de mathématiques de l’Université Laval. Alors qu’il était tout jeune, sur la ferme où il a grandi dans l’Outaouais, il a commencé à s’intéresser aux oiseaux pour mieux les connaître. Il en est à sa 9e année comme président du Club des ornithologues de Québec et une motivation forte chez lui est de contribuer à l’éducation aux sciences naturelles et à l’ornithologie.


14h00

La certification forestière à l’usine de Domtar à Windsor, QC: Passé, présent et futur

à la scène FPInnovation

Présenté par : André Gravel, ing.f. Directeur Service de l’approvisionnement en fibres, Usine de Windsor Domtar

Résumé : Domtar préconise depuis fort longtemps des pratiques de gestion qui protègent l’environnement, préservent les ressources naturelles (forêts) et assurent un développement durable. Depuis plus de 15 ans, elle est engagée envers les certifications forestières. Elle a été l’une des premières entreprises forestières en Amérique du Nord à adhérer à la norme du Forest Stewardship Council (FSC). Les pratiques forestières de Domtar ont évolué constamment depuis quelques décennies et la norme du Forest Stewardship Council (FSC) a contribué à cette évolution en nous amenant à intégrer de plus en plus de considérations sociales et environnementales avec pour objectif de tendre vers l’équilibre du développement durable en tenant aussi compte de la dimension économique. Cette présentation dresse le bilan de 15 ans de certification forestière chez Domtar et plus particulièrement à l’Usine de Windsor.

Brève présentation du conférencier :Gradué du programme d’Aménagement des ressources forestières de l’Université Laval en 1989.
1990-1995. Domtar à Lebel-sur-Quévillon. Forêt boréale. Réalisation de projets de reboisement, de cartographie numérique, de planification, de calculs de possibilité, de récolte et de construction de chemins de 1990 à 1995.
1996 à 2000. Domtar en Outaouais. Forêt mixte. Négociations avec les autochtones, consultations publiques, récolte en forêt feuillue et mixte. Gestion multi-ressources dans la Réserve faunique La Vérendrye.
2001 à 2005. Chef des opérations forestières pour les terrains privés de Domtar situés dans la forêt feuillue rattachée à l’usine de papiers fins de Windsor. La récolte mécanisée par jardinage, le programme de peupliers hybrides et la certification forestière ont marqués ces années. Participation à l’implantation de la certification FSC.
2005 à 2012. Surintendant aux achats et ventes de fibre à Windsor. Participation à l’obtention des certifications forestières FSC, SFI et ISO 14001.
2012 – Directeur de l’approvisionnement en fibres.
Membre des équipes ayant créée les forêts-écoles des CFP de Lac-Mégantic et de Mont-Laurier. Initiateur du projet « Planter de l’air pur » de l’École secondaire du Triolet de Sherbrooke. Les jeunes participants ont planté plus de 100,000 arbres depuis 2009. Le projet a obtenu un Mérite Estrien, un Prix jeunesse du Conseil régional de l’environnement de l’Estrie et un Phénix en environnement du Gouvernement du Québec. Récipiendaire du titre d’Ingénieur forestier de l’année 2011 remis par l’Ordre des ingénieurs forestiers du Québec pour le projet « Planter de l’air pur ».
Responsable du groupe des Ambassadeurs Earth Choice pour l’usine de Windsor depuis 2012.
A tous les jours, j’essaie de traduire par l’action, l’expression « Penser globalement. Agir localement » de René Dubos. Je crois à un développement durable qui intègre l’environnement, l’économie et les hommes.


17h30

Vidéo de formation en abattage manuel sécuritaire

à la scène FPInnovation

Présenté par : La CNESST

Résumé : Vidéo présentant quelques notions sur la formation sur l’abattage manuel sécuritaire destinée aux travailleurs du secteur de la forêt.
[/tab]

[tab]

Dimanche 14 février 2016

10h00

Le piégeage : une facette méconnue de la forêt !

à la scène FPInnovation

Présenté par : Antoine Martineau Rousseau, biologiste et trappeur professionnel

Résumé : La forêt est un milieu de vie diversifié qui contient une multitude d’organismes animal et végétal, ce qui multiplie les possibilités d’utilisation du territoire. Le piégeage des animaux à fourrures est certainement l’une des facettes les plus méconnues de la forêt québécoise. Activité à la base de la colonisation de la Nouvelle-France, le piégeage a grandement évolué tant sur le plan des techniques ou des moyens de capture que sur les possibilités d’accès au territoire. L’aménagement forestier est un facteur ayant contribué à faciliter l’accès des piégeurs au territoire, en plus de modifier la mosaïque forestière, ce qui a favorisé bon nombre d’espèces animales. À son tour, le piégeur rend service aux forestiers en s’occupant des problématiques de cohabitation liées à la présence du castor ou encore, en proposant l’installation de dispositifs de gestion de cette même espèce. Par sa présence, le piégeur peut aussi déceler des changements inhabituels comme des affaissements de chemins et l’indiquer aux personnes en charge du territoire. Tout comme la foresterie, le piégeage permet de mettre en valeur une ressource naturelle renouvelable, et l’un ne va pas sans l’autre!

Brève présentation du conférencier : Antoine a complété une technique en aménagement de la faune au Cégep de St-Félicien en 2010 puis un baccalauréat en biologie à l’Université du Québec à Rimouski en 2014. Il a poursuivi ses études tout en travaillant dans un groupement forestier sur des projets d’inventaire, d’aménagement et de mise en valeur des espèces fauniques dans un contexte forestier et éducatif. Il travaille maintenant comme consultant en biologie et en piégeage, en plus d’enseigner à l’AEC Protection de la faune au Cégep de St-Félicien. Il participe actuellement à l’élaboration de la nouvelle formation de piégeage obligatoire au Québec. Il a aussi travaillé comme chargé de projet à la Fédération des trappeurs gestionnaires du Québec (FTGQ) sur des projets spéciaux. Piégeur depuis l’âge de 12 ans, il a acquis une grande expérience dans le domaine des animaux à fourrures au Québec.


11h00

Connaître nos oiseaux communs autour de nous et dans nos forêts.

à la scène FPInnovation

Présenté par : Norbert Lacroix, président du Club des ornithologues de Québec (COQ).

Résumé : Pour le public, un tour d’horizon des oiseaux que nous observons régulièrement autour de nous et dans nos forêts. Photos à l’appui projetées sur grand écran. On entendra aussi les chants de plusieurs espèces. Les oiseaux : de bons indicateurs de la qualité de nos milieux. Cette présentation est une contribution fournie à titre gracieux par le COQ.

Brève présentation du conférencier : Norbert Lacroix est un professeur retraité de mathématiques de l’Université Laval. Alors qu’il était tout jeune, sur la ferme où il a grandi dans l’Outaouais, il a commencé à s’intéresser aux oiseaux pour mieux les connaître. Il en est à sa 9e année comme président du Club des ornithologues de Québec et une motivation forte chez lui est de contribuer à l’éducation aux sciences naturelles et à l’ornithologie.


13h00

Vers une forêt intelligente

à la scène FPInnovation

Présenté par : Stéphane Roche, Professeur titulaire, vice-doyen à la recherche et aux études de la FFGG, Ph.D. en géographie,

Résumé : La forêt Montmorency a récemment fêté ses 50 ans. C’est la plus grande forêt d’enseignement et de recherche universitaire au monde. Le projet actuel de modernisation de son infrastructure scientifique vise à en faire le premier modèle de forêt intelligente en opération. Alors que le numérique s’impose comme la principale ressource pour repenser les rapports des sociétés à leurs espaces, l’intelligence forestière se définit par la capacité à découvrir les relations entre les composantes des écosystèmes forestiers (incluant leurs utilisateurs) et à développer une connaissance conceptuelle et rationnelle systémique. Pour faire de la forêt Montmorency un modèle de forêt intelligente, non seulement son territoire sera connecté, mais un ensemble de capteurs fixes et mobiles sera déployé sur son territoire de manière à « instrumenter » la faune (oiseaux), les arbres, les activités des visiteurs. Ce dispositif de captage permettra un suivi « intelligent » et en temps réel de la dynamique forestière à l’échelle des paysages (bilan carbone, flux hydrologiques, neige…), des inventaires forestiers et de la chaine logistique d’opérations forestières (capteurs GPS et LIDAR fixés à la machinerie (camions, abatteuse, débardeur). Ces capteurs seront complétés par une flotte de drones aériens et terrestres.

Brève présentation du conférencier : Ingénieur et géographe, Stéphane Roche est professeur titulaire de sciences géomatiques à l’Université Laval (Québec) et vice-doyen à la recherche et aux études de la Faculté de Foresterie, de géographie et de géomatique. Il s’intéresse principalement au rôle joué par la géolocalisation sociale, les données ouvertes et le crowdsourcing (externalisation ouverte) dans la mise en opération du concept de ville et de territoire intelligent. Il a récemment coordonné le projet de plateforme http://www.quebecnumerique.com/. Stéphane Roche est « Research Affiliate » au MIT Senseable City Lab et « Honorary Principal Fellow » au Département « Infrastructure Engineering » à l’Université de Melbourne, Australie.


14h00

Cueillette de champignons et de plantes sauvages comestibles

à la scène FPInnovation

Présenté par : Annabelle Langlois

Résumé : La cueillette de champignons et plantes sauvages est une activité à la popularité grandissante au Québec. Toutefois, des précautions doivent être prises pour pouvoir en profiter sans risques. Cette conférence discutera entre autres des techniques de cueillette durables et de l’importance d’une identification rigoureuse, puis présentera plusieurs espèces québécoises d’intérêt gastronomique ou médicinal.

Brève présentation du conférencier : Annabelle Langlois détient une maîtrise en écologie végétale à l’Institut de recherche en biologie végétale, à Montréal. Elle s’intéresse également à la mycologie, notamment suite à son passage en 2012-2013 en tant que chargée de projet pour l’inventaire des macromycètes de la réserve écologique du Boisé-des-Muir, qui a été mis sur pied par le Cercle des Mycologues de Montréal (CMM). Depuis, elle continue de travailler avec l’organisation, notamment en oeuvrant à la mise à jour et à l’enrichissement de leur collection de champignons séchés, le Fongarium du CMM (CMMF). Son parcours est teinté de biodiversité, de conservation, et d’une passion toujours grandissante pour la nature qui l’entoure.


16h00

Café-conférence : Une fois, deux fois, trois fois… vendu! La mise aux enchères des bois en forêt publique québécoise (Vidéo)

à la scène FPInnovation
Présenté par : Mme Valérie Lemay, ing. f

Résumé : Le Bureau de mise en marché des bois vend du bois des forêts publiques sur un marché libre depuis plus de deux ans. Est-ce que les enchérisseurs sont au rendez-vous ? Qui achète ? À quoi servent les résultats des ventes ? Cette présentation répondra à ces questions en plus d’offrir un tour d’horizon du mode de fonctionnement des enchères.

[/tab]
[/tabs]

[button url= »https://ssf.asso.ulaval.ca/salon-de-la-foret/conferences/conferences-precedentes/  » ] Retour page précédente[/button]